Nouvelles de Californie

19 juin 2005

En haut du Half Dome !

Ca y est, nous l'avons fait ! Nous sommes montés tout en haut du Half Dome ! C'était il y a deux jours et je n'en suis toujours pas revenue, tant cette célèbre randonnée dans le parc du Yosemite me paraissait hors d'atteinte pour les grands athlètes et alpinistes que nous sommes.
Nous sommes partis jeudi soir de Sunnyvale avec Mike et Failop, avons passé la nuit sous un marabou de Curry Village, dans la vallée de Yosemite, et nous sommes levés vendredi à 5h30 en prévision des 12 heures de marche qui nous attendaient. Pas de chance, il pleuvait. Mais les gouttes se sont vite arrêtées de tomber et nous avons pu monter presque au sec, nous faisant arroser uniquement par les cascades qu'on n'avait jamais vues aussi grosses et qui dégageaient des nuages de bruine autour d'elles.

De la vallée, nous sommes montés jusqu'au pied de Vernal Falls que nous avons remontée sous l'eau, donc, par de grandes marches de granite ruisselantes. Puis nous avons grimpé jusqu'en haut de Nevada Falls, un peu plus à l'abri de l'eau. Les cascades et la rivière Merced étaient vraiment impressionnantes. L'eau coulait à tout allure et à gros bouillons, emportant des troncs entiers par-dessus ces murs de granite verticaux.

Après les cascades vint une partie plus longue, en pente relativement plus douce, au milieu d'une fôret de sequoias, et qui nous a menés jusqu'au pied du Half Dome. C'est là que l'ascension est devenue la plus physique. Il a fallu monter sur une première bosse, presque à la verticale, par de grandes marches. Puis la deuxième bosse, Half Dome, s'est presentée à nous. Vision vertigineuse ! Comme son nom l'indique ce gros bloc monolithique a une forme de demi-boule, arrondi d'un côté (celui par lequel nous sommes montés) et vertical de l'autre (qu'on peut escalader en environ 12 heures également). La partie arrondie se grimpe à l'aide de deux câbles qui forment une échelle le long de la paroi. Le vent soufflait, on pouvait même voir quelques flocons de neige virvolter autour de nous, à 2700 mètres d'altitude. Après avoir trouvé des gants de bricolage laissés par les rangers dans un creu de rocher, nous nous sommes attaqués à la côte, que nous avons dû mettre environ une demi-heure à escalader, nous hissant le long les câbles, en laissant redescendre d'autres randonneurs qui n'avaient pas tous l'air très rassurés.

Une fois en haut nous avons été accueillis par une marmotte qui avait malheureusement oublié sa vie sauvage pour grignoter les restes de sandwiches des randonneurs "amis de la nature". Sur le sommet on pouvait voir une calotte de neige (ce mois de Juin est particulièrement froid) et le vent nous glaçait. Nous avons vite avalé un sandwich (et les marmottes n'ont rien eu !) et sommes redescendus par les mêmes câbles. Malgré la pente sous nos pieds et le vide de chaque côté nous avons réussi à nous concentrer sur nos pas et à ne pas trop avoir le vertige... De quoi être fiers de nous parce que ça ne se passe pas toujours aussi bien !

Puis nous avons fait le chemin inverse jusqu'au sommet de Nevada Falls. Pour ne pas avoir à redescendre les grandes marches le long des cascades nous avons opté pour le John Muir Trail, un peu plus long mais moins pentu, et duquel nous avons eu une vue saisissante sur les cascades.

Arrivés en bas après 12 heures et plus de 20 km de marche, 1500 mètres de dénivelé à l'allée et au retour, nous étions étonnament frais ! Nous sommes rentrés au marabou en trottinant :-) Comme quoi les balades des week-ends précedents, la température pas trop élevée, le rythme pas trop effrené (d'autres font cette randonnée en 8 heures, parfois moins) nous ont bien préservés.

Samedi nos jambes étaient quand même bien courbaturées mais rien d'insupportable. Nous avons roulé jusqu'à Glacier Point, sur la rive Sud de la vallée, pour avoir une vue plongeante sur nos exploits de la veille. Et nous sommes rentrés tout doucement à Sunnyvale, épatés d'avoir pu nous hisser avec tant d'entrain vers ce sommet légendaire, et d'avoir joué non sans intérêt aux "Conquérants de l'Inutile".