Nouvelles de Californie

30 août 2005

Deux soirées américaines

Nous nous passé la soirée de mardi dernier avec Mike et Failop à San Francisco. Au programme : crèpes et frites belges chez Fritz dans le joli quartier de Hayes Valley avec sa grande rue étroite bordée d'alléchants petits magasins indépendants (les chaînes n'ont pas le droit de s'y installer), ses restaurants aux jolies cours intérieures. Crèpe Picasso ou Goya, cornet de frites dans du papier, un Orangina, le tout autour d'une table en mozaïque colorée dans la cour intérieure fleurie d'une maison victorienne dont les papiers peints n'ont pas été changés depuis...

Puis nous sommes allés au théâtre Orpheum, superbe avec ses décors inspirés d'une cathédrale française du XIIème siècle. Nous y avons vu une comédie musicale de Broadway, "Wicked", qui raconte l'histoire de la méchante sorcière de l'Ouest du pays d'Oz. Failop avait tout prévu et nous avait loué le film Le Magicien d'Oz de 1939 pour nous mettre au courant la veille. Nous avons donc pu apprécier toutes les références de ce spectacle très américain (belle expérience culturelle !) et très reussi dans son genre. Cela tenait un peu de l'opéra : orchestre, chanteurs et mise en scène, histoires d'amour et quiproquos. Sauf qu'ils avaient des micros invisibles collés sur le front, ces tricheurs, et que la musique n'était pas exactement du Mozart (mais pas mal à vrai dire). Quand au public, il applaudissait avec un enthousiasme démesuré chaque "performance" vocale, comme on encourage un sportif ou un funambule. Surprenant mais très divertissant. Au bout du compte nous avons passé une très bonne soirée en nous plongeant dans cette histoire pleine de rebondissements.

Le dimanche précédent nous avons fait un peu de kayak avec Mike et Failop. Une heure très tranquille, sur un lac artificiel de Los Gatos à la temperature idéale, sous la douce chaleur de fin d'après-midi (cela donnait envie de tomber à l'eau !). Plus tard dans la soirée nous sommes allés ensemble au restaurant. Nouvelle expérience américaine parce que nos amis sont un peu difficiles côté alimentation. Ils ont opté, après maintes hésitations, pour PF Chang, une chaine de cuisine d'inspiration chinoise pas mauvaise mais ultra américanisée : ce qui compte c'est le décor, la politesse des serveurs, leur promptitude à apporter les plats, etc. Le menu donne les calories de chaque plat pour ceux qui soignent leur ligne ; il est possible sur simple demande d'échanger des ingrédients, de modifier la cuisson, etc... On ne peut moins authentique, mais bien : les couverts sont propres. Je plaisante... Mais c'est un peu ça. Au moins on n'a pas de mauvaise surprise, ce qui est le critère de choix numéro 1.

Ces deux expériences sont amusantes à raconter parce qu'elles renvoient un peu aux clichés de l'Amérique consommatrice. Mais j'ai bien sûr forcé le trait pour mettre en valeur "l'exotisme" de ces soirées qui nous ont avant tout permis de passer d'agréables moments au théâtre et au restaurant avec nos amis.