Nouvelles de Californie

05 décembre 2005

Holiday Season

Les journées, soirées et week-ends de travail, très très chargé ces derniers temps, ne m'ont pas laissé le temps d'écrire... ni même de voir l'hiver s'installer en Californie. Il faut dire que l'hiver est resté discret jusqu'à Thanksgiving, fin novembre : le soleil n'a pas fléchi, n'accordant aux nuages qu'une petite heure de gloire à son coucher, pour mieux l'aider à enflammer le ciel. La chaleur s'est discrètement retirée, diminuant de quelques degrés à peine (25 encore il y a une semaine ou deux). Les arbres n'y ont rien compris et se sont mis à refleurir, aidés par quelques gouttes de pluie qui ont mis fin à une sécheresse absolue de six ou sept mois.

Après Halloween et l'amusant défilé d'enfants, petits et grands, venus faire le plein de chocolats et sucreries chez leurs voisins, ce fut le tour de Thanksgiving, de la dinde et de la pumpkin pie (pas pour nous : nous travaillions). Depuis ce jour-là tout a changé. L'hiver, pas très sûr de lui sous cette latitude, hésite encore entre le ciel tout bleu et les orages torrentiels et frisquets. Mais les marchands de jouets et de cadeaux sont réglés comme des horloges, et nous voilà depuis bientôt deux semaines assaillis par les symboles de Noël, point d'orgue de l'incontournable Holiday Season, où les rituels s'enchaînent avec un véritable souci de faire les choses comme il faut. Les maisons du quartier (de notre quartier, mais aussi de tous les autres quartiers d'Amérique) se sont illuminées dès le vendredi (lendemain de Thanksgiving), arborant guirlandes électriques, cerfs et pères-Noël lumineux (et animés !), soldats de plomb de Casse Noisette gonflables hauts d'un étage... Les sapins trônent derrière la fenêtre qui donne sur la rue, pour faire profiter des décorations aux passants et faire preuve de Holiday Spirit. On entend en boucle à la radio, à la télévision et dans les magasins les mille et unes interprétations de "Jingle Bells" et de "Santa Claus is Coming to Town". Tout celà me fascine et m'amuse ("m'interpelle au niveau de mon vécu" comme dirait l'autre). Pourquoi un tel conformisme ? Sans doute un besoin de repères dans un pays immense dont les habitants ont bien peu en commun de l'Alaska à la Floride, avec des modes de vie, des climats et des paysages, des origines, des croyances, des cultures et parfois des langues aussi variés que possible. Pour se sentir unis, rien de tel que de partager quelques traditions. En cette saison elles ne manquent pas ! Et bien sûr nous avons apporté notre pierre à ce grand édifice en décorant notre maison, que voici en photo. "L'intégration sociale par les décorations de Noël"...

Quelques soirées de libres en ce mois de dur labeur nous ont permis de voir de très bons films dont je donne ici la liste avec toutes mes recommandations :


La semaine prochaine nous retournons voir George Clooney dans Syriana : la corruption, le petrole...

1 Comments:

Enregistrer un commentaire

<< Home