Nouvelles de Californie

22 janvier 2006

Sierra Azul

Samedi dernier il pleuvait des cordes, ce qui fait une drôle d'impression dans un coin aussi sec et ensoleillé que le nôtre (Sunnyvale porte en général bien son nom), même s'il pleut un peu en hiver. De grosses gouttes venaient se fracasser sur le toît à grand bruit. Les gouttières débordaient, formant un véritable rideau autour de la terrasse couverte. Mais comme chaque fois qu'il pleut, on avait l'impression de ne voir tomber qu'une fine bruine, hésitant à descendre jusqu'au sol (nous attribuons celà -sans aucune preuve scientifique- à la lumière relativement forte même les jours d'orage, et qui doit "masquer" les gouttes). Une bruine qui fait un boucan d'enfer. Etrange contradiction entre la vue et l'ouie... Toujours est-il que nous étions coincés chez nous samedi, condamnés à enfin vider les valises, encore béantes dans le salon.

Pensant que ce deluge allait se prolonger, nous avons fait le projet d'aller passer l'après-midi de dimanche au cinéma avec André : "Munich" de Steven Spielberg, 2 heures 44. Il fallait bien celà pour passer le temps. Quelle surprise, quand nous avons découvert le ciel tout bleu dimanche matin ! Un changement de programme s'imposait. Pour profiter du soleil nous décidions de nous retrouver à Los Gatos et d'aller marcher dans la montagne (Los Gatos est posée au pied des Santa Cruz Mountains, au sud-ouest de la Silicon Valley).

A 15 heures nous sommes donc devant le petit cinéma de Los Gatos, dans la rue principale de cette ville cossue. Comme toutes les petites villes de l'Ouest (et sans doute des autres régions d'Amérique), la grande rue centrale aux facades de Western est bordée de jolies boutiques, cafés et restaurants, librairies, cinémas. En général il suffit de passer dans la rue d'à côté pour tomber dans les quartiers résidentiels et quitter ce mini centre-ville. Mais, ô surprise, le plan de Los Gatos est rectangulaire !... Les rues avoisinantes sont tout aussi adorables et animées. André nous attend chez Border's, la librairie, installée dans un bel édifice de style espagnol.

Nous reprenons la voiture et quittons Los Gatos. Nous longeons de très belles maisons victoriennes joliment peintes, au toit pointu, avec un porche, et entourées de gros arbres. Nous roulons jusqu'aux collines de la Sierra Azul, prolongement des Santa Cruz Mountains. La route se rétrécie et nous valsons au gré des virages en nous élevant au-dessus de la Baie. Nous passons devant quelques énormes manoirs dont le style (de lourdes immitations de châteaux européens) laisse parfois à désirer. Notre livre (South Bay Trails) nous entraîne presque au sommet du Sierra Azul Open Space Preserve, au Bald Mountain trail, du côté de Mt. Umhunhum. Il y a déjà quelques voitures. Nous nous garons puis marchons jusqu'au point culminant de la balade pour voir se découvrir sous nos pieds l'immense vallée, sur le fond bleu du ciel. Au nord on aperçoit l'eau de la Baie qui est pourtant à plusieurs dizaines de kilomètres. Avant celà, une mer de maisons et d'autoroutes, cachées parmi les arbres et les jardins : c'est San Jose et la Silicon Valley. En face, le mont Hamilton et son observatoire astronomique. Au sud, la Sierra Azul, superbe succession de collines boisées aux reflets bleus et argentés. De délicieux parfums d'anis, de pin, de romarin et d'herbe sèche nous entourent. La terre est rouge comme dans l'Utah. Derrière les montagnes nous imaginons Santa Cruz toute proche, et l'océan Pacifique sous le ciel qui rougit. Nous regagnons le parking au coucher du soleil : les maisons commencent à scintiller au loin. Une bien belle promenade pour un jour "de pluie" !